Carl Aderhold veut buter tous les cons


Débarrasser le monde des cons ? C’est la mission salutaire pour le monde que se propose d’accomplir le personnage principal du manifeste de Carl Aderhold, Mort aux cons. Chronique express.

Tout commence par la mort accidentelle d’un chat, mort dont les conséquences vont amener le personnage principal à émettre la théorie suivante : la mort d’un animal rapproche les êtres humains entre eux. Mais quand il s’aperçoit que ce rapprochement est entravé par un certain type de personne, il décide de s’en prendre à ces personnes en question : les cons !

Carl Aderhold fait preuve, dans ce roman, d’une fine observation concernant tous les comportements de cons qui peuvent être rencontrés dans la vie quotidienne. Allant du passant lambda au politicien à la langue de bois ou encore par le philosophe pédant : tout le monde y passe ! Mais l’auteur a bien raison : MORT AUX CONS !

On a tous, au moins une fois, rêvé des pires choses pour des personnes que l’on ne connaissait pas forcément, mais à qui on diagnostiquait aisément « une personnalité de con ». Eh bien, avec ce livre, vous serez servis ! De par la diversité des cas de figure, Carl Aderhold sait nous toucher et appuie là où ça fait mal pour finalement nous soulager et nous faire rire aux éclats.

« Contrairement à l’idée répandue, les cons ne sont pas réformables. »

Tout au long de ce livre nous suivons le cheminement sur la « théorie des cons » que met en place le personnage principal, théorie qui va s’affiner et progressivement prendre et perdre sens. Un livre à lire parce que ça fait du bien, parce que nous aussi on a un jour rêvé de tuer tous les cons de la planète, et parce qu’on a envie de rire à n’en plus finir un dimanche de farniente au soleil.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *