Souvenirs de Vie Sauvage

dans MUSIQUE

Pour la deuxième étape de son roadtrip des festivals de l’été, Le Type n’est pas allé bien loin…Oh non…seulement à 45 min de Bordeaux, à Bourg-sur-gironde, un charmant village situé au bord de la Dordogne pour la deuxième édition du festival Vie Sauvage. Nous sommes presque à un mois de cette journée mémorable mais Le Type s’en rappelle encore. Malgré la pluie, malgré le froid, malgré une heure et demi de queue pour des barquettes de frites, Le Type s’en souviendra longtemps !

1012339_622778054418770_94571114_n

La date : 22 juin 2013
Le lieu : Vie Sauvage #3 – Bourg-sur-gironde

14:30 Bon…Faisons encore confiance à Mappy…Cette fois pas d’embrouille, on a quand même pris de la marge ! Le ciel est gris mais il ne pleut pas. En route !

15:15 Bon…cette fois nous sommes perdus. Nous ne trouvons pas le site, pas de signalétique alors que nous avons tout fait comme il le fallait. TOUT. Nous avons une conférence de presse avec Fauve à 16h30, nous commençons à paniquer.

15:20 Victoiiiiiire nous sommes tombés sur une voiture qui arborait fièrement une affiche « Vie Sauvage » sur son pare-brise. Nous la suivons.

15:30 Nous sommes arrivés !!!!! Nous sommes arrivés !!!

15:40 Direction l’espace presse pour préparer les interviews de la journée…et boire du vin – et ce de manière purement innocente, par soucis professionnel parce que le vin en question, c’est une cuvée spéciale Vie Sauvage, du Château La Croix Davids.
On se rend compte que nous n’avons pas vidé nos cartes SD. Heureusement pour nous, Luc d’Un Disque Un jour passait par là et habite dans le coin. Halellujah !

16:00 Toujours en train de boire du vin…et de manger du saucisson…c’est toujours professionnel…On s’accorde un tour au Marché Gourmand pour baver devant un plateau de fromage de chèvre et loucher sur les huîtres tout en dansant sauvage au son des Disques de Coconut.

16:45 Conférence de presse avec Fauve. Enfin…cela devait être une conférence mais finalement nous ne sommes que deux médias au rendez-vous. C’est presque un face à face. On parle d’eux, de leur musique puis sans trop savoir comment tout bascule. Ils ne sont plus artistes, nous ne sommes plus rédacteurs. Nous ne savons plus trop qui nous sommes…

17:15 Interview avec Benjamin et Charlotte du groupe Archipel au Café de la Halle. On parle de voyage, d’art et de cornes d’abondance.

3

17:45 C’est la première fois que nous voyons Dream Paradise en festival. Comme d’habitude, nous sommes touchés par leur douceur et leurs textes pas si innocents accompagnés par des mélodies angéliquement pop. « Ils sont de plus en plus bons » chuchotons-nous souvent chaque fois que nous les voyons sur scène. Aujourd’hui c’est confirmé. Le parc de la Citadelle de Bourg commence à se remplir.

18:45 Interview et session acoustique de Florian et Vincent, du groupe Dream Paradise. Déjà qu’on est super attendris quand on voit le duo sur scène, alors la rencontre nous a rendu complètement guimauve.

19:35 Il faut recharger la caméra. Du coup, on écoute Kim hurler et donner un cours de balances en live de loin. Selon nos sources, c’était drôle et captivant de voir un artiste évoluer et posséder une scène en solo.

20:15 Le jour commence à tomber et la pluie reprend de plus belle. Ce soir le public est waterproof. C’est l’heure de Pendentif. C’est l’heure de danser sans se soucier du mauvais temps. C’est l’heure d’accueillir la pleine lune. Alors quoi de mieux que la douce saveur de cette pop à images tantôt naïve, tantôt sensuelle, parfois plus spirituelle !

4

Ellipse temporelle – l’ellipse qui suit n’a rien de comique. Elle parle d’une heure et demie de souffrance. Tout ce que nous voulions c’était des frites. Deux pauvres barquettes de frites. Nous avions les nerfs à vifs. Une sale envie de meurtre – surtout quand certains ont eu le culot de passer à côté de nous en mangeant. Sa mère, il pleut à nouveau. Et nous ratons Arch Woodmann. Tristesse.

21:45 Bon ok…Ca va faire la septième fois que nous voyons Arch Woodmann en un an et demi mais il faut se rendre à l’évidence : Le Type aime ce groupe d’amour. Le Type aime le voir muter et se renouveler au fil des années. Le Type aime qu’on l’embarque d’un univers à l’autre, d’une émotion à une autre. La nuit est tombée.

22:00 DJ MARTIAL JESUUUUS KILLS THEM ALL! Le Type ne l’avait encore jamais vu mixer – oui, oui sacrilège pour un webzine bordelais! Mais bon mieux vaut tard que jamais hein ! Et wow ! Quel homme ! On a rarement vu un DJ autant habité par son set. Tellement habité qu’on ne peut que venir à sa rencontre pour danser devant lui comme pour saluer un dieu à barbe qui passe d’Azealia Banks aux Flaming Lips, du vieux punk à Die Antwoord en passant par New Order ou Fergus & Geronimo.

6

23:15 « Nique sa mère la pluie ». Elle s’arrête. Le ciel se dégage, laissant apparaître la pleine lune. Aux premières notes qui retentissent, nous reconnaissons l’instrumentale de Saint Anne. Les chansons s’enchaînent et on les a tellement saignées que même sans paroles on entend des voix. Est-ce les nôtres ? Est-ce les leurs ? C’est un peu comme ça que nous appréhendons la bête. Un flot d’interrogations sur toi, sur moi, sur nous. Un purgatoire mélodieux. Une thérapie brutale comme si on te poussait dans une piscine pour te guérir de ta peur de la noyade. Fauve c’est l’uppercut qui nous sort de la torpeur. Mais sans te faire sombrer, sans s’auto-flageller, avec une véritable foi en l’Homme et en la vie. Fauve c’est un corp(s) triste et désabusé qui se dope à l’optimisme.
Tu n’es pas seul. Ouvre les yeux. Là nous sommes près de 1200 dans le même périmètre.

00:20 DJ MARTIAL JESUUUUUUUUS RUUUULEEEES

2

00:35 Prend un aller simple, on part avec Archipel. On court à travers la jungle, on traverse les océans, on se perd dans des villes futuristes. Archipel est un groupe composite dont la musique est née de voyages, de rencontres fortes et de collections d’objets mystiques.
(Mention spéciale au déhanché de Benjamin digne du bootylicious de Beyoncé – au moins !)

C’est terminé. Il faut partir. Il faut émerger de cette longue journée. Mais les rédacteurs que le Type a envoyé à Bourg sont unanimes, les meilleurs festivals sont les festivals indé où l’on sait vivre sauvage.

Crédits photos : Mélina Quintin

1 Comment

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernier de MUSIQUE

Retourner là haut