✝ NOW THIS IS GOTHIC (3/3)

La diversité dans les styles est bien entendu une richesse, surtout lorsque les codes vestimentaires sont sollicités de manière cohérente, affirmée et inventive. Que penser de la réutilisation de ces codes à des fins marketing ?

Le génie des créateurs est de transfigurer des éléments du passé en réinvestissant des esthétiques très particulières (Prada a récemment remis au goût du jour la chaussure plateforme), toutefois, comment ne pas penser que ces symboles sont dénaturés par l’industrie de la mode, qui tend à s’approprier ces éléments pour en faire des produits marketing. Le retour actuel de la Creepers, comme quintessence de la branchitude puis comme accessoire démocratisé*, évoque cette dérive.

En d’autres termes, des codes et des symboles qui exprimaient « autrefois » une spécifité sous-culturelle sont maintenant réutilisés, voir recyclés, au service d’une logique marketing qui n’exprime plus rien, si ce n’est la volonté de stimuler le consumérisme et de satisfaire aux exigences du marché. La logique très cyclique de la fast-fashion tend à ingurgiter des symboles pour régurgiter des biens de consommation, en même temps qu’elle satisfait aux impératifs de nouveauté.

 

 

Voir des Creepers en vitrine de chez Michard Ardillier évoque l’idée d’une contradiction fondamentale: si dans l’Angleterre des années 1970 et 1980 porter des Creepers et écouter David Bowie en arborant une crinière orangée relevait d’une volonté de s’évader du carcan social et conservateur, aujourd’hui acheter porter cette même paire de chaussures et une boucle d’oreille en forme de croix à l’oreille relève du conformisme le plus aveugle. Cette utilisation de certains codes et attributs est l’une des conséquences, à mon sens, de l’impératif de renouvellement associé à l’industrie de la mode, la conséquence directe en est la dilution de ces symboles.

La rébellion tend à s’aseptiser, voire même à devenir un concept marketing, néanmoins l’essence même de ce mouvement, qui rassemble et synthétise des éléments des cultures Goth et Punk au service d’une esthétique androgyne, continue de s’exprimer notamment sur Internet.

Crédit photos: Fanny Rosenstam

- http://www.nowthisisgothic.tumblr.com sur l’esthétique Post Punk et Goth.

 

* La chaîne suédoise H&M va sortir une paire de chaussures façon Creepers.



Laisser un commentaire